Paul Furlan veut fusionner Thuin, Lobbes et Merbes

Bilan des élections, situation de la ville et projets d’avenir, le bourgmestre de Thuin se livre

Les élections communales se soldent par la perte d’un siège pour votre liste et près de 500 voix en moins pour vous. Est-ce un signal d’alarme pour les socialistes?

Non. En fait, le PS est en recul partout mais comme l’ensemble des partis traditionnels. Tous les observateurs prédisaient que nous allions perdre notre majorité absolue et nous l’avons gardée. L’absence de Philippe Blanchart sur notre liste nous a peut-être coûté des voix mais d’un autre côté il y a une nouvelle génération qui s’est mise en place. Et mon taux de pénétration est un des meilleurs, un électeur sur quatre m’a fait confiance.

Vous avez annoncé que ce serait votre dernier mandat en tant que bourgmestre. Des projets déjà pour la suite ?

Je ne sais pas encore vraiment. Je n’ai pas de plan de carrière établi. Je ferai peut-être un retour dans le privé mais je pourrais aussi m’investir dans le secteur associatif ou accompagner des institutions.

Et en mai 2019, serez-vous acteur ou spectateur ?

Avec Elio au fédéral et Paul Magnette à l’Europe, je suis fort sollicité pour mener la liste PS à la région parce que j’ai la capacité de mobiliser. Je veux porter un combat pour défendre des valeurs de gauche et mon bilan en tant que ministre plaide en ma faveur. Mais si je suis candidat et élu, je respecterai ma promesse et ne cumulerai pas les mandats.

Et quel sera votre choix ? Thuin ou la Région ?

Je n’ai pas encore pris de décision. On verra après les élections. Il est rassurant de constater qu’une équipe très compétente est aujourd’hui à la tête de Thuin mais franchement, la question ne se posera éventuellement qu’après les élections.

Comment se présente la situation financière de la ville ? De sérieuses craintes sont émises.

Il est clair que nous subissons les problèmes créés dans les années 90. Mais nous avons redressé les finances communales et mis 2.500.000 euros en réserve sans toucher à la fiscalité. Le budget 2019 sera présenté le 22 janvier prochain et, contrairement à ce que croient certains, il sera en équilibre, toujours sans toucher à la fiscalité et en maintenant notre politique d’investissements. Mais nous maintiendrons une gestion très rigoureuse de toutes les dépenses.

Le Gouvernement wallon préconise des fusions volontaires de communes. Vous seriez partie prenante ?

Oui. Je vais m’inscrire de façon volontariste dans la proposition de la ministre De Bue. Je vais inviter mes collègues de Lobbes et de Merbes autour d’une table pour en discuter. A titre d’exemple, une fusion de ces trois communes permettrait un gain de 500 euros par habitant, soit 15 millions de diminution de la dette communale. Ca vaut la peine d’y réfléchir.

 

Patrick Lefèbvre