Méthode de travail

J’ai enfin trouvé une façon de travailler qui m’agrée (mais ça peut encore changer!). J’ai tâtonné longuement pour m’y retrouver entre mes carnets, mes petits bouts de papier, mes cartons de bière et autres supports sous couverts de multiples hiéroglyphes difficilement déchiffrables par quelqu’un d’autre que moi. Quoi que… il m’est souvent arrivé de ne pouvoir me relire moi-même, j’aurais dû être médecin.

J’ai donc adopté le logiciel Write Control dont j’ai déjà parlé précédemment. Un gros avantage: il est accessible partout et tout le temps, même offline, et propose un tas d’avantages pour faciliter l’écriture. Ce logiciel me sert de version de travail, c’est avec celui-ci que je rédige, relit et corrige mes textes.

Quand cette première partie du travail est réalisée, d’un simple copier-coller, je transfère mon texte (opération facile puisque dans mon cas il s’agit de nouvelles de maximum 20 pages au format A5) dans le logiciel Pages de Apple. Là, je lui donne une forme plus ou moins définitive: choix des polices de caractères, des espacements, des marges, etc. mais également choix des pages de couverture, d’avant-propos et de table des matière. Ensuite, j’exporte au format PDF ou EPUB. L’idée est d’envoyer à mes bêta-lecteurs un texte plus agréable à lire qu’un simple manuscrit, et qu’il puisse se faire une idée également de ce que sera l’ouvrage au moment de sa diffusion. Ce document est sauvegardé après chaque nouvelle modification sous un nom différent: date (AAAAMMJJ)-titre du texte, ce qui permet de retrouver tous les écrits initiaux si nécessaires.

Qu’en pensez-vous ?