Et si on parlait cigares ?

Une chose que je ne vous ai pas encore dite. Pour m’accompagner dans l’écriture, rien de tel que la dégustation d’un bon cigare. On parle bien ici de dégustation, ce qui n’a rien de comparable avec le fait de fumer une cigarette. D’ailleurs, le fumeur de cigare n’avale pas la fumée et le taux de nicotine est très bas, ce n’est donc pas pour avoir sa dose journalière que le puro (autre nom du cigare, comme par exemple la vitole) est recherché. Le cigare c’est tout un art de vivre, un plaisir que l’on pourrait comparer à la dégustation de vins: on parle aussi de cru, de terroir, de saveurs, de couleurs, d’arômes,… Et le cigare, comme le bon vin, peut être conservé, il évolue au fil du temps.

J’apprécie une telle dégustation parce que le cigare est également synonyme de paix, de bonheur, de bon moment mais aussi, souvent de partage.

Quand j’écris, je peux passer un moment, quand je cherche l’inspiration ou une meilleure tournure de phrase, à regarder longuement cette fumée qui s’élève lentement en jolies volutes. Ou simplement choisir une petite pause au cours de laquelle je tirerai deux ou trois fois sur mon boulon. Mais souvent, le rituel avant l’écriture reste le même: je sélectionne l’objet de ma future dégustation, j’estime son toucher, sa couleur, je le sens,…  Je tire quelques fois dessus à cru (avant de l’allumer) pour déceler ses premières senteurs. Puis je lui coupe la tête (la tête d’un cigare est fermée) et je l’allume à mon aise avant de tirer lentement deux ou trois bouffées. Enfin, je peux me mettre au clavier!

Envie donc d’en parler un peu et j’ouvre dès lors un nouveau blog: « Les cigares de Pat ». C’est d’autant plus intéressant pour moi que je m’attelle tout doucement à l’écriture d’un roman dont un des personnages principaux sera un grand  amateur de Havanne. Je n’en dis pas plus aujourd’hui !

J’ai évidemment une préférence très marquée pour les Havane. Mais, pour en revenir à la comparaison avec le vin, je n’ai pas les moyens de boire un grand cru tous les jours, idem pour les cubains, donc je réserve ces derniers pour certaines occasions, même si, je l’avoue, il m’arrive souvent de m’en créer de fausses!

Mon cigare de presque tous les jours est un Oliva Série G Churchill.  Il présente un excellent rapport qualité/prix: 6,10 euros en Belgique. Sa longueur: 17,8 cm diamètre: 2 cm. Il n’est pas très puissant, offre des saveurs douces, sans amertume sauf un peu dans le dernier tiers. Il se consume régulièrement, avec une jolie fumée agréable. Seul problème, en ce qui me concerne: la cape ( la feuille de tabac qui entoure le cigare) qui vient du Cameroun, est un peu fragile, surtout au niveau de la tête.

Mais je le recommande franchement à celui (ou celle, il n’y a pas que les hommes qui apprécient) qui aime une vitole à déguster à n’importe quel moment de la journée.

Envie d’en savoir plus? Laissez-moi un commentaire, je vous répondrai!

  • Liens intéressants : Le cigare et la fourmi ou Cigare Connect
  • Mes fournisseurs (à titre de renseignements. Je rappelle qu’il n’y a aucune démarche commerciale sur ce blog et que je ne touche aucune rémunération ou ne perçoit aucun avantage) : la Maison Demiautte à Charleroi  et une librairie sympa à Jemeppe-sur-Sambre qui commence à proposer de belles choses, en cigares et en alcools: Chez Dan.